Comment améliorer la performance énergétique d’un bâtiment ?

rocks, balance, sunset-1757593.jpg

Introduction

Tu souhaites diminuer ta facture énergétique Augmenter la valeur immobilière de ton bâtiment ? Améliorer le confort des usagers Réduire ton empreinte carbone et être davantage RSE responsive ?

 

Les travaux de rénovation énergétique doivent te permettre de satisfaire un ou plusieurs de ces besoins !

La notion de performance énergétique englobe l’efficacité avec laquelle un bâtiment utilise l’énergie pour assurer le confort thermique et les services nécessaires aux occupants. 

 

Cela comprend la consommation électrique, le chauffage, la climatisation et l’approvisionnement en eau

 

L’amélioration de cette performance se traduit par une utilisation plus efficace de l’énergie et des coûts énergétiques amoindris.

Dans cet article, on te présente différentes approches et solutions pour t’aider à atteindre ces objectifs.

Évalue la performance énergétique de ton bâtiment

Avant de te lancer dans des travaux de rénovation énergétique, il est impératif de procéder à un audit détaillé afin d’évaluer l’état du bâtiment. 

Cette étape préalable consiste à analyser en profondeur les équipements en place et leur utilisation. Pour ce faire, des organismes tels que l’ADEME te proposent un cahier des charges pour mener à bien cet audit.

Bien qu’il soit possible de réaliser une évaluation interne en suivant ces directives, il est fortement recommandé de faire appel à un auditeur externe qualifié.

Le processus d’audit se déroule en plusieurs phases.

Il commence par un état des lieux en adéquation avec les lignes directrices préétablies. L’auditeur dresse alors un portrait exhaustif du bâtiment et collecte toutes les informations pertinentes, y compris les plans techniques, les factures, les contrats, l’historique de consommation, etc.

Par la suite, les occupants du bâtiment sont sollicités afin de recueillir leurs ressentis en matière de confort thermique et d’éclairage.

La phase subséquente implique que l’auditeur propose des programmes d’amélioration. Pour chaque proposition formulée, il fournit des détails précis concernant les mesures à prendre, une comparaison entre les niveaux de consommation avant et après les travaux, ainsi qu’une évaluation des réductions d’émissions de gaz à effet de serre.

Enfin, une analyse financière est réalisée. Celle-ci examine en détail :

  • les coûts projetés des travaux ;
  • les dépenses opérationnelles ;
  • les exigences en matière d’entretien des installations ;
  • les prévisions pour le renouvellement des équipements majeurs ;
  • le délai de récupération de l’investissement.

Grâce à ces informations, le propriétaire du bâtiment est en mesure de prendre une décision éclairée quant aux mesures à mettre en place.

Isolation et Matériaux

Lorsqu’il est question de rénovation énergétique, l’isolation est l’un des premiers éléments qui nous vient à l’esprit. Malgré son coût élevé et l’ampleur des travaux nécessaires, l’isolation demeure très efficace et engendre des économies substantielles en termes d’énergie. 

 

Dans ce contexte, il est primordial de se pencher sur le choix des matériaux (notamment ceux biosourcés), leur positionnement ainsi que les méthodes de pose appropriées.

Recours aux matériaux biosourcés

Dans une démarche de réduction de l’empreinte carbone, l’utilisation de matériaux biosourcés pour l’isolation s’avère une option judicieuse. 

 

Ces matériaux, totalement ou partiellement issus de matières biologiques, présentent de multiples avantages : un bilan carbone positif, une maîtrise des impacts environnementaux, une meilleure gestion en fin de vie et des propriétés thermiques hautement performantes.

 

Le bois, par exemple, peut être utilisé pour la charpente, l’isolation ou encore les menuiseries. Le chanvre constitue également un choix intéressant pour les cloisons en béton, sous forme de laine isolante ou d’enduit intérieur. Lorsqu’il est employé sous forme de béton ou de laine, le chanvre absorbe plus de CO2 qu’il n’en émet, et sa culture est exempte de produits phytosanitaires.

 

Néanmoins, il convient de noter que le coût supérieur de ces matériaux et leur disponibilité peuvent représenter des obstacles à leur utilisation.

Optimisation de l'emplacement de l'isolation

L’audit énergétique guide le choix de l’emplacement de l’isolation : combles perdus, plancher bas, isolation extérieure ou intérieure des murs.

 

L’isolation de la toiture est fréquemment identifiée comme source majeure de déperdition de chaleur.

Dans ce cas, les combles peuvent être isolés par les rampants pour les combles aménagés, ou par le plancher pour les combles non aménagés.

 

Les façades, responsables en moyenne de 60 % des pertes thermiques, constituent également un enjeu crucial.

 

L’Isolation Thermique par l’Extérieur (ITE), qui implique l’ajout d’une couche isolante d’environ 14 cm, peut générer des économies d’énergie allant jusqu’à 75 % en matière de chauffage.

 

L’Isolation Thermique par l’Intérieur (ITI) offre également des avantages significatifs, bien qu’elle soit moins coûteuse. Cependant, elle peut engendrer une diminution de la surface habitable.

Prise en compte des ponts thermiques

Lors de l’isolation, il est impératif de tenir compte des ponts thermiques. Ce sont les zones où l’efficacité thermique est réduite. Un bâtiment bien isolé peut voir la part des pertes énergétiques dues aux ponts thermiques augmenter jusqu’à 40 %. Ces derniers se trouvent entre les parois, les dalles et les murs extérieurs, les cadres de fenêtres, les balcons ainsi qu’entre les planchers et les murs extérieurs.

Exploite l'énergie solaire

L’énergie solaire photovoltaïque peut améliorer considérablement la performance énergétique de ton bâtiment tertiaire ! 


Issue de la conversion de la lumière du soleil en électricité, c’est une ressource abondante et propre.

Dans cette optique, les panneaux solaires sont idéalement installés sur la toiture, de préférence au sud, dans un endroit dégagé et continu. L’électricité produite peut être utilisée sur place ou injectée dans le réseau pour revente.

Optimise les Systèmes de Chauffage, de Ventilation et de Climatisation (CVC)

Parmi les principaux consommateurs d’énergie dans les bâtiments tertiaires, on retrouve les systèmes CVC ! Leur optimisation est donc essentielle pour améliorer la performance énergétique. 

 

L’utilisation de systèmes à haut rendement énergétique, tels que les pompes à chaleur, les ventilateurs à vitesse variable et les thermostats intelligents, permet de réduire la consommation tout en garantissant le confort des occupants.

Utilisation de la VMC double flux

La ventilation double flux équilibre l‘extraction de l’air vicié et l‘introduction d’air frais dans un bâtiment. Par le biais d’un échangeur de chaleur, la chaleur de l’air sortant est transférée à l’air entrant, contribuant ainsi à le préchauffer. Cela engendre des économies d’énergie de chauffage et améliore la qualité de l’air intérieur.

Avantages des pompes à chaleur

Les pompes à chaleur aérothermiques et géothermiques permettent d’exploiter les ressources environnantes pour le chauffage et la climatisation. Cependant, leur efficacité dépend des conditions climatiques extérieures. Les pompes à chaleur aérothermiques récupèrent les calories présentes dans l’air ambiant pour les injecter dans l’air intérieur (PAC air/air) ou dans le circuit d’eau chaude (PAC air/eau). Les PAC géothermiques exploitent la chaleur terrestre pour des performances durables.

Opte pour un éclairage Éco-énergétique

L’éclairage représente 18 % de la consommation d’énergie d’un bâtiment tertiaire à usage de bureaux. L’optimisation de l’éclairage joue donc un rôle crucial dans l’amélioration de la performance énergétique.

Valorisation de l'éclairage naturel

Il est conseillé de privilégier l’éclairage naturel, à la fois pour son coût moindre et ses effets bénéfiques sur le bien-être des occupants.

 

Cependant, il est essentiel de veiller à ce que les fenêtres n’occasionnent ni inconfort visuel ni pertes de chaleur. Une étude de la trajectoire de la lumière est recommandée.

Optimisation grâce à la détection de présence et à la lumière du jour

L’utilisation de capteurs de détection de présence permet d’éteindre automatiquement les lumières dans les zones inoccupées.

 

De plus, des capteurs de lumière du jour peuvent ajuster l’intensité lumineuse en fonction de la luminosité ambiante.

Sensibilise tes occupants

Avant de te lancer des travaux de rénovation, il est crucial d’impliquer les occupants et de les sensibiliser aux enjeux énergétiques.

 

En effet, ce sont eux qui ont la meilleure connaissance des spécificités du bâtiment et de son utilisation.

 

Leurs retours d’expérience sont précieux et leur adhésion est essentielle pour assurer le succès des initiatives écologiques du bâtiment.

 

Pour chaque nouvel occupant, il convient de les sensibiliser aux enjeux énergétiques et aux pratiques durables.

 

Parmi ces pratiques, on compte l’extinction des lumières inutiles, la régulation du chauffage et de la climatisation en dehors des heures de travail, ainsi que l’utilisation consciente des appareils électriques.

Conclusion

L’amélioration de la performance énergétique des bâtiments tertiaires s’avère une étape cruciale pour les entreprises soucieuses de leur empreinte environnementale et de leur rentabilité. 

 

En combinant diverses solutions, allant de l’isolation à l’utilisation de l’énergie solaire en passant par l’optimisation des systèmes CVC et l’adoption d’éclairages éco-énergétiques, les entreprises peuvent réduire leur consommation énergétique, leurs émissions de CO2 et leurs coûts opérationnels. 

 

Cette démarche éco-responsable est renforcée par une sensibilisation active des occupants et une gestion intelligente de l’énergie.